Select Page

 

Le gouvernement fédéral actuel dit combattre la crise financière en compensant par un barrage sans précédent de dépenses.

Est-ce que ça fonctionne?

À court-terme, il y a assurément quelques secteurs d’activité bien précis qui en bénéficient mais est-ce que ça justifie de s’endetter autant? Il faut se poser la question parce que les 56MM$ de déficit annuel, pour 2009-2010, dont nous parle Jim Flaherty, font contraster avec les dernières décennies où le Canada a tenté de diminuer son niveau d’endettement.

Pour mieux comprendre comment sont utilisés ces milliards de dollars, voici un résumé du plan d’action économique du Canada, pour 2009-2010, où les chiffres sont exprimés en M$ (comptabilité de caisse)…

2009 2010 Total
Mesures pour aider les Canadiens et stimuler les dépenses
Mesures pour les ménages à faible revenu 2 030 2 110 4 140
Autres mesures de dépenses – Formation 648 686 1 334
Autres mesures de dépenses – Autres 175 228 402
Cotisations d’assurance-emploi 818 1 631 2 449
Mesures liées à l’impôt sur le revenu des particuliers 2 210 2 290 4 500
Total – Mesures de stimulation fédérales 5 880 6 945 12 825
Mesures pour stimuler la construction domiciliaire
Mesures liées aux investissements dans le logement 4 365 1 395 5 760
Investissements dans l’infrastructure municipale 1 000 1 000 2 000
Total – Mesures de stimulation fédérales 5 365 2 395 7 760
Effet de levier – Logement 725 750 1 475
Mesures immédiates pour l’infrastructure
Infrastructure – Provinces et municipalités 3 195 3 195 6 390
Infrastructure – Premières nations 260 255 515
Infrastructure – Savoir et information 1 786 1 351 3 137
Infrastructure – Fédéral 983 804 1 787
Total – Mesures de stimulation fédérales 6 224 5 605 11 829
Effet de levier – Infrastructure 4 532 4 365 8 897
Mesures pour soutenir les entreprises et les collectivités
Investissements en infrastructure 30 30 60
Autres mesures de dépenses – Sectorielles 4 342 1 431 5 773
Autres mesures de dépenses – Formation 7 13 20
Autres mesures de dépenses – Recherche 100 100 200
Autres mesures de dépenses – Autres 262 180 442
Mesures liées à l’impôt sur le revenu des particuliers 70 -15 55
Mesures liées à l’impôt sur le revenu des sociétés 461 516 977
Total – Mesures de stimulation fédérales 5 272 2 255 7 527
Effet de levier – Sectoriel 1 300 1 300
Total – Mesures de stimulation fédérales 22 742 17 200 39 942
Total – Mesures de stimulation (y compris l’effet de levier) 29 298 22 316 51 613
En pourcentage du PIB
Total – Mesures de stimulation fédérales 1,5 1,1 2,5
Total – Mesures de stimulation (y compris l’effet de levier) 1,9 1,4 3,2

Il y a beaucoup d’information et pourtant, on reste sur notre faim car il n’y a aucun détail substantif.

Dans le document original du plan budgétaire (que vous pouvez télécharger en format .pdf), il y a beaucoup de détails de nature politique qui justifient l’importance de procéder à ces dépenses mais à peu près aucune ventilation de ces énormes montants, comme si les citoyens n’avaient pas le droit de connaître la nature exacte de ce dont nous avons tant besoin.

On comprend que le gouvernement fédéral entend profiter de l’effet de levier des dépenses qu’il engage mais n’aurait-il pas été plus sage de réduire notre dette pour dégager plus de marge de manœuvre dans nos budgets futurs plutôt que de la réduire en alourdissant, aujourd’hui, notre fardeau financier?

Le recours systématique à l’endettement, aussi bien en période de prospérité qu’en période de récession (comme c’est le cas, actuellement) ne peut que nous mener à notre perte.

Il s’agit d’un constat cinglant mais ancré dans la réalité inéluctable qu’une dette, si elle n’est pas réduite dans les meilleurs délais, finit toujours par devenir un énorme boulet très difficile à trainer.

Dans l’ensemble, ce plan d’action manque cruellement de créativité et semble ne répondre qu’à des préoccupations court-termistes. On pourrait dire que c’est un plan budgétaire électoralistes, censé plaire à ceux qui réclament sans cesse plus de services (du gouvernement) sans se soucier de l’endettement que cela suppose.

Nos élus doivent faire preuve de sagesse et non d’opportunisme dans l’exercice de leurs fonctions et avec ce plan budgétaire, ce n’est pas clair qu’ils aient bien compris l’importance de leurs décisions pro-endettement.

Tags: plan budgétaire, canada, canadiens, endettement public, dette publique, dépenses publiques, effet de levier, stephen harper, jim flaherty, parti conservateur, parlement, budget du canada, 2009, 2010, argent, citoyens, choix, budget électoraliste

Pin It on Pinterest