Select Page

 

Vous gagnez un revenu mais ne comprenez pas pourquoi il vous en reste si peu, dans vos poches, à chaque deux semaines où votre paie vous est remise?

Les gouvernements, aussi bien au provincial qu’au fédéral sont horriblement voraces et au Québec, c’est à peu près la pire province canadienne pour gagner sa vie car Revenu Québec a les dents longues, quand vient le temps de ne faire qu’une bouchée du salaire brut que vous recevez (pour la plupart) aux deux semaines.

Comment les gouvernements arrivent-ils à nous prendre autant d’argent, aussi vite?

Premièrement, nos élus ont imaginé, avalisé et entretenu des lois et règlements qui permettent aussi bien à Revenu Québec qu’à l’Agence du revenu du Canada de se servir, à la source, à chaque fois que vous recevez un chèque de paie.

Et ils ne se gênent pas!

Pour ceux qui aiment les mathématiques, regardez à quel point votre salaire fond vite, lorsque le taux d’imposition provincial est appliqué, à hauteur de…

Tranches de revenu imposable Taux
41,495$ ou moins 16%
Supérieur à 41,495$, ne dépassant pas 82,985$ 20%
Supérieur à 82,985$, ne dépassant pas 100,970$ 24%
Supérieur à 100 970$ 25,75%

Comme si cette énorme ponction provinciale n’était pas suffisante, c’est ensuite au tour du gouvernement fédéral de venir prendre son dû…

  • 15% sur la première tranche de revenu imposable de 43,953$+
  • 22% sur la tranche suivante de 43,954$ de revenu imposable (sur la partie de revenu imposable entre 43,953$ et 87,907$), +
  • 26% sur la tranche suivante de 48 363$ de revenu imposable (sur la partie de revenu imposable entre 87,907$ et 136,270$), +
  • 29% sur la portion de revenu imposable qui excède 136,270$.

C’est bien beau les programmes sociaux mais quand on voit que c’est à même NOTRE chèque de paie qu’une partie de tout ça se finance, ça jette une douche d’eau froide!

Évidemment, il faut contribuer au bien commun mais au Québec, c’est vraiment très cher. En fait, c’est carrément indécent comparé à une province comme l’Alberta où le taux, pour tout le monde, est de 10%, cette année encore!

Par exemple, un Québécois qui gagne un salaire brut de 40,000$ devra payer 31% de celui-ci en impôts, soit 6,400$ au provincial et 6,000$ au fédéral, pour un total de 12,400$ qui disparaît en fumée, à chaque année. Ça ne laisse alors qu’un revenu après impôt de 27,600$… et avec ça, il faut TOUT payer le reste des dépenses, pour vivre.

Pour fins de comparaison, le travailleur albertain gagnant le même 40,000$ aurait épargné 6% d’impôt, soit 2,400$, assez pour faire deux beaux voyages dans le Sud, par année.

Enfin bref, on ne fait que jouer avec les chiffres mais quand même, ça remet les perceptions-sur-salaire dans leur contexte épouvantablement ruineux, au Québec.

Les plus curieux vont d’ailleurs aimer le tableau qui suit puisqu’il montre à quel point c’est vraiment cher de gagner un revenu, au Québec, par rapport aux autres provinces.

Faites la comparaison avec le Québec et pleurez toutes les larmes de votre corps…

Provinces/territoires Taux d’imposition
Terre-Neuve-et-Labrador 7,7% des premiers 34,254$ de revenu imposable; +
12,5% des 34,254$ suivants; +
13,3% de l’excédent de 68,508$
Île-du-Prince-Édouard 9,8% des premiers 31,984$ de revenu imposable; +
13,8% des 31,985$ suivants; +
16,7% de l’excédent de 63,969$
Nouvelle-Écosse 8,79% des premiers 29,590$ de revenu imposable; +
14,95% des 29,590$ suivants; +
16,67% des 33,820$ suivants; +
17,5% des 57000$ suivants; +
21% de l’excédent de 150,000$
Nouveau-Brunswick 9,68% des premiers 39,305$ de revenu imposable; +
14,82% des 39,304$ suivants; +
16,52% des 49 193$ suivants; +
17,84% de l’excédent de 127 802$
Ontario 5,05% des premiers 40,120$ de revenu imposable; +
9,15% des 40,122$ suivants; +
11,16% des 433,848$ suivants; +
13,16% de l’excédent de 514,090$
Manitoba 10,8% des premiers 31,000$ de revenu imposable; +
12,75% des 36,000$ suivants; +
17,4% de l’excédent de 67,000$
Saskatchewan 11% des premiers 43,292$ de revenu imposable; +
13% des 80,400$ suivants; +
15% de l’excédent de 123,692$
Alberta 10% du revenu imposable
Colombie-Britannique

5,06% des premiers 37,606$ de revenu imposable; +
7,7% des 37,607$ suivants; +
10,5% des 11,141$ suivants; +
12,29% des 18,504$ suivants; +
14,7% des 45,142$ suivants; +
16,8% de l’excédent de 150,000$

Yukon 7,04% des premiers 43,953$ de revenu imposable; +
9,68% des 43,954$ suivants; +
11,44% des 48,363$ suivants; +
12,76% de l’excédent de 136,270$
Territoires du Nord-Ouest 5,9% des premiers 39,808$ de revenu imposable; +
8,6% des 39,810$ suivants; +
12,2% des 49,823$ suivants; +
14,05% de l’excédent de 129,441$
Nunavut

4% des premiers 41,909$ de revenu imposable; +
7% des 41,909$ suivants; +
9% des 52,452$ suivants; +
11,5% de l’excédent de 136,270$

Les gouvernements sont des champions de l’imposition et au Québec, on se fait administrer une véritable volée de bois vert fiscale à chaque année, avec des taux ridiculement élevés comparés aux autres provinces canadiennes.

Qu’est-ce qu’on a fait pour en arriver là?

En gros, on a été complaisants avec les jérémiades des groupes d’intérêts privés qui n’en ont jamais assez et on impose massivement les contribuables pour laisser les entreprises s’en tirer à très bon compte (alors que ce sont elles qui devraient payer les taux les plus élevés, normalement).

Ainsi, on se retrouve avec des mathématiques qui jouent CONTRE les contribuables québécois qui n’arrivent pas à comprendre comment ils peuvent se faire promettre des salaires décents et avoir tant de misère à boucler leur budget de misère, à la fin de l’année.

deco-rq-2014
deco-arc-2014

Conséquence de cette imposition excessive, au Québec, les taux d’endettements battent des records et les banquiers font la pluie et le beau temps.

Il y a évidemment des riches qui font appels aux services de fiscalistes afin de faire diminuer leur impôt à payer à zéro (ou un peu en haut de zéro) mais bien que ça leur permette de s’enrichir de manière absolument spectaculaire, ça se fait au dépens du bien commun qui, lui, n’a d’autre choix que de prendre son dû sur le dos de ceux qui n’ont pas les moyens d’utiliser « les trous dans le système » pour s’en tirer, à meilleur compte.

Ce serait beau de dire que les riches doivent payer plus mais la réalité, c’est que l’appareil gouvernemental québécois est HORS DE CONTRÔLE et doit être réduit, d’urgence. Même si les riches payaient plus, ça ne règlerait pas le problème fondamental des dépenses d’État beaucoup trop élevées. Il y a du ménage à faire… du gros ménage!

Les fonctionnaires auront beau pousser des cris et faire la danse du bacon avec leurs pancartes de « so-so-so–solidarité », les contribuables n’ont absolument pas les moyens de payer leur rythme de vie princier… et leur fond de retraite qui sera, de toutes façons, essentiellement dilapidé en Floride (tant mieux pour eux mais tant pis pour les Québécois qui ne pourront compter sur leur aide pour diminuer la dette et payer les factures de la province… au moins 6 mois par année). De grosses « corrections », à l’avantage des contribuables, s’imposent dès maintenant.

Si les taux trop élevés du Québec ne vous scandalisent pas, c’est probablement que vous connaissez un fiscaliste qui vous évite de devoir saigner 31% ET PLUS de votre salaire, à chaque deux semaines ou encore, vous êtes un entrepreneur qui êtes capable de cacher n’importe quoi au fisc, grâce à des passes-passes signées par des premiers de classe en finance et en fiscalité qui vous vendent leurs services devenus essentiels pour maintenir votre style de vie de jet-setter!

Oui, la vie est vraiment belle pour ceux qui arrivent à éviter la proverbiale faucheuse financière du fisc provincial et fédéral.

D’ailleurs, vous devriez dès maintenant demander un rendez-vous avez un fiscaliste qui pourrait, au bas mot, vous faire épargner quelques 10% (ou plus) de votre facture d’impôt.

Les Québécois se font tondre la laine sur le dos, pour ainsi dire.

À quand la dernière fois où vous avez confronté les politiciens qui vous prennent tout cet argent pour ensuite favoriser des groupes d’intérêts privés? Il serait peut-être temps que vous preniez votre rôle de citoyen plus au sérieux…

Évidemment, les gens qui lisent ce blogue sont généralement familiers avec la finance alors pour la visite chez un fiscaliste, c’est souvent déjà fait et la machine tourne « dans le bon sens » à savoir, à l’avantage du contribuable mais il faut prévenir tout le monde car plus les gens seront riches, plus ils dépenseront et feront fonctionner l’économie.

Il y a un gaspillage sans réserve qui a cours au gouvernement provincial mais c’est la même problématique au fédéral alors en tant que citoyen, il faut bien comprendre les taux d’imposition pour ensuite être équipé pour demander des comptes à nos élus qui, pour l’heure, dorment solidement au poste…

Pin It on Pinterest