Select Page

 

En tant que parent, vous devez tout faire pour protéger vos enfants de ceux qui leur veulent du mal, notamment en tentant de leur accoler l’étiquette « TDAH ». Parmi ceux de qui vous devez protéger vos enfants, notons…

  • Les enseignants qui n’aiment pas les enfants — Ceux qui exigent que tous les enfants soient « sages comme des images » et ce, malgré le fait qu’il n’y a plus de temps pour courir, s’amuser et se détendre, à l’école (ou même à la maison);
  • La quasi-totalité des « lologues » (psychologues, pédopsychiatres et autres) — Ceux dont le « travail » consiste à « diagnostiquer » des problèmes chez vos enfants pour qu’il reçoivent (souvent de force) les « traitements » constitués de drogues (Ritalin, Strattera, Methylin et autres);
  • Plusieurs infirmières d’écoles — Elles voient vos enfants quelques minutes par année mais malgré cette perspective sévèrement limitée concernant la santé et la vie de ceux-ci, elles vont remplir des fleuves de documents concernant leurs « problèmes potentiels » sous des rubriques comme « troubles de l’enfance et de l’adolescence » ce qui mène généralement à des « traitements » comprenant des drogues;
  • Les médecins et leur cohorte de « spécialistes » — Ils doivent suivre des protocoles souvent élaborés conjointement avec des représentants du domaine pharmaceutique alors qu’importe ce qu’ils disent ou recommandent, leur intervention se conclut à peu près toujours par la prescription de drogue (pour « calmer » ou « éveiller », selon le « besoin » diagnostiqué);
  • Des membres de votre famille ou de votre entourage — Ceux qui ne voient que du négatif dans les comportements des enfants et qui réclâment que ceux-ci soient « mis sous médication »;
  • Les parents, eux-mêmes — Trop souvent, des parents indignes d’élever des enfants décident de prendre les moyens pour faire droguer leurs enfants « trop turbulents » afin d’avoir « la sainte paix » — notez qu’il y a, à l’opposé, une majorité de parents qui font ce même processus par amour (de l’amour véritable) pour leurs enfants et ils ne sont évidemment pas visés, ici.

Il s’agit d’une liste partielle mais vous voyez à quel point nos enfants, parmi les plus énergiques, peuvent rapidement tomber victimes des supposées « bonnes intentions » d’individus malveillants qui souhaitent les droguer pour ne plus les entendre ou les voir.

En passant, lorsqu’on parle de « droguer » les enfants, sachez, par exemple, que le Ritalin est une forme de « speed » (en référence à la drogue illicite qui fait des ravages chez ceux qui en prennent). Bien sûr, la dose est réduite mais qu’importe, c’est une drogue.

À part quelques centaines de cas « extrêmement graves » de troubles de l’attention, au Québec, les dizaines de milliers d’autres enfants qui se font droguer quotidiennement pour qu’ils « se tiennent tranquilles » sont des victimes silencieuses d’un système qui déshumanise les comportements normaux d’enfants énergiques.

C’est épouvantable que nos écoles soient devenues des prisons!

Oui, des prisons:

  • Il n’y a plus (ou presque plus) de cours d’éducation physique.
  • Les récréations sont très courtes et bien moins nombreuses qu’avant sans compter que les installations de jeu laissent trop souvent à désirer.
  • La nourriture vendue dans les cafétérias contient des quantités inacceptables de sucre (un poison neurotoxique qui excite le système nerveux, à coup sûr), de sel et de gras-trans en plus des aliments OGM, transformés en usine, irradiés et généralement dépourvus de nutriments.
  • Ce n’est plus permis de rire fort, de courir, de s’amuser ou même de danser, dans l’école.
  • Chaque manquement est puni par encore plus de « temps assis » dans une classe (notamment lors des « retenues »).

Ça n’a aucun sens d’accepter que nos enfants doivent tolérer ce niveau d’oppression, lorsqu’ils vont à l’école où l’expression des interactions courantes devrait être naturelle, spontanée et… humaine.

En ce moment, dans la majorité des écoles du Québec, plusieurs élèves ont l’impression d’être dans l’armée tellement « les règles », souvent appliquées hors-contexte, semblent avoir continuellement préséance sur le gros-bon-sens.

Les parents doivent protéger leurs enfants contre ce système scolaire qui s’est transformé, au fil des ans, pour devenir un milieu favorisant l’émergence de comportements qui ressemblent à troubles d’attention. Ainsi, les compagnies pharmaceutiques et toute la chaîne de « monstres » qu’elle fait vivre s’en mettent plein les poches parce que les enfants craquent dans des milieux aussi hermétiques et inhumains. Et la « solution » passe toujours par leurs drogues.

Que ce soit archi-clair: votre enfant n’a aucune maladie (ou « pathologie clinique ») s’il a été « diagnostiqué » TDAH.

C’est à vous, en tant que parent, de prendre vos responsabilités et de protéger votre enfant de tous ces souteneurs qui veulent vampiriser la santé de vos enfants, dès qu’ils manifestent trop d’enthousiasme à quelque chose.

ritalin-10mg

Pour chaque enfant diagnostiqué TDAH, une longue chaîne de « professionnels » se graissent la patte et bénéficient d’un généreux chèque de paye. Un enfant drogué, c’est payant pour les « lologues », les médecins et leurs acolytes. Même les pharmaciens s’enrichissent sur le dos des enfants TDAH. Un enfant en santé, en revanche, ça n’enrichit pas les transnationales pharmaceutiques. Alors, attendez-vous à ce que les écoles se déshumanisent encore plus, au fil des ans, jusqu’à ce que tous les enfants puissent être drogués pour une quelconque « maladie inventée ».

Si vous connaissez un enfant drogué en raison d’un diagnostique de TDAH et que ses parents sont trop égoïstes ou ignorants pour réaliser à quel point ils nuisent à celui-ci, tentez de leur faire entendre raison. Les « TDAH » ont été inventés par l’industrie pour générer plus de profits. Point final! Le but n’est pas d’aider des enfants turbulents, c’est de les droguer suffisamment pour qu’ils deviennent invisibles. C’est ça qui enrichit les compagnies pharmaceutiques!

Détruire la vie des enfants, à aussi grande échelle, tient du délire.

Et pourtant, une majorité de parents continuent à avoir confiance en leurs médecins alors que ceux-ci prescrivent des drogues à leurs enfants! Réveillez-vous, ça presse…

Les transnationales pharmaceutiques financent une rivière d’études (souvent menées dans des pays du tiers-monde, où il n’existe aucune « supervision » de l’État) pour tenter de prouver que leurs drogues n’ont pas trop d’effets secondaires et que les résultats sont meilleurs qu’avec les drogues concurrentes mais ouvrez vos yeux, ce ne sont que des mensonges! Les études tendancieuses de ces « loups » qui veulent du mal à vos enfants (parce qu’ils sont pressés de s’enrichir) vont dire n’importe quoi pour que vous finissiez par accepter de faire droguer vos enfants.

En tant que parent, il vous appartient de résister et de refuser-net que votre enfant soit drogué… légalement.

Il est temps que le scandale des « TDAH » éclate au grand jour.

C’est notre société qui est malade, féminisée à l’extrême, émasculée et devenue intolérante à l’expression humaine normale.

Nos enfants sont merveilleux et pleins de vie.

Qu’est-ce que ça va prendre pour que nous adaptions les milieux scolaires à leurs besoins plutôt qu’aux « besoins » des « personnes-contrôlantes-syndiquées » qui n’aiment pas les enfants et qui croient que les solutions à tout se trouvent au fond des bouteilles de pilules?

Si un enfant a besoin d’air, qu’il aille en prendre… comme ça se ferait dans « la vraie vie » et non comme dans une prison (ou une école, c’est assez semblable, à ce chapitre).

Qui aurait pensé que l’école aurait dérapé au point où les parents lucides auraient à se battre pour le droit de leurs enfants à avoir des comportements propres aux êtres humains normaux? Sérieusement, c’est un cauchemar qu’endurent les enfants « taggés » TDAH. Ils ont besoin de notre aide et nous avons le devoir moral de les libérer de l’oppression médico-pharmaceutique dont ils sont victimes!

Si le « système » est brisé et que les parents sont épuisés par un rythme de vie allergique à la vie familiale, c’est une chose mais il ne faut pas droguer nos enfants pour autant.

Le Québec de demain ne vaudra pas cher si, aujourd’hui, nous ne sommes même pas capables de sauver nos enfants des griffes de tous ces « monstres » qui leurs veulent du mal et qui font leur possible pour les droguer — en toute légalité. Quelle tragédie et surtout, quelle honte sur les parents qui acceptent de sacrifier la santé et la vie de leur enfant sur l’autel d’une mafia médico-pharmaceutique qui multiplie les ruses pour droguer ceux-ci et bien sûr, s’enrichir au passage.

Parents responsables, levez-vous et dites NON à toutes les inepties liées aux TDAH.

Nos enfants « TDAH » méritent que nous les sortions de l’enfer où ils sont confinés (contre leur gré) et où leur humanité est supprimée, une pilule de drogue à la fois.

Tags: tdah, adhd, drogues, enfants drogués, lologues, psychologues, pédopshychiatres, écoles, enseignants, professeurs, québec, éducation, santé, vie, parents, ritalin, strattera, methylin, alimentation, récréations, temps pour s’amuser, concentration, attention, diagnostics, traitements, mafia médicale, mafia pharmaceutique, scandale

Pin It on Pinterest