Select Page

 

Vous allez trouver ça surréaliste mais au moment de publier cet article, l’alerte pandémique déclarée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) —le 11 juin 2009— est toujours en vigueur!

Incroyable, non?

Ça signifie qu’au Québec, l’organisme Pandémie Québec n’écarte pas la venue d’une troisième vague de la grippe A(H1N1) bien qu’ils admettent, eux-même, que les dernières données épidémiologiques recueillies au Québec, partout ailleurs au Canada et dans le monde, montrent que peu de cas de grippe A(H1N1) sont signalés.

Enfin bref, le Québec est toujours en état d’alerte pandémique et en ce sens, il peut s’avérer utile de préparer un plan de continuité des opérations, au cas où le pire (une pandémie?) se produirait.

Ça ne prends pas un MBA pour comprendre qu’il faut savoir prévoir pour diverses situations plus ou moins prévisibles. Ceci dit, les pandémies peuvent survenir vite et avoir des effets très dommageables sur une entreprise.

Il existe un guide intitulé “Guide à l’intention des entreprises pour la planification de la continuité des opérations en cas de pandémie d’influenza” qui devrait intéresser les gestionnaires qui veulent se lancer dans cet exercice. Ça se lit facilement et ça permet de remettre les choses dans leur contexte: la direction, les employés, les fournisseurs et les clients — tout y est analysé afin d’établir le meilleur plan de continuité possible.

Le plan

Qu’il s’agisse de santé et de sécurité au travail, de normes de travail à considérer, de gestion de l’absentéisme ou de maintien des activités dans un contexte de ruptures diverses, les entreprises dotées de connaissances et de plans d’intervention en cas de pandémie disposent d’un réel avantage.

Un plan de continuité des opérations (PCO) permet ainsi, en situation de pandémie:

  • d’évaluer les vulnérabilités en présence (absentéisme, délais ou ruptures d’approvisionnement, pertes de production, diminution des ventes…);
  • d’identifier des mesures d’atténuation des risques (protection de la santé du personnel, ententes avec les fournisseurs…);
  • de prévoir des mécanismes d’adaptation (identification de services ou d’activités essentiels, redéploiement du personnel vers ces services et activités, formation anticipée du personnel de remplacement…);
  • de trouver des solutions de rechange (coopération avec des organisations externes…).

Une bonne communication avec le personnel (et la clientèle), idéalement inspirée par un plan de communication dédié, permet quant à elle:

  • d’obtenir une large adhésion aux mesures prises ou envisagées;
  • de démontrer la préoccupation de l’employeur envers son personnel;
  • de faire connaître la capacité de l’organisation à surmonter l’épreuve.

Si vous ne savez pas trop comment vous y prendre pour préparer votre plan, les conseillers en développement économique des bureaux régionaux du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, peuvent également soutenir les entreprises dans leur planification de la continuité des opérations en cas de pandémie d’influenza.

Une fois votre plan de continuité des opérations rédigé, assurez-vous de le garder à jour afin de parer à d’autres menaces (pandémiques ou non) qui pourraient survenir.

Tags: plan de continuité, continuité, opérations, pandémie, h1n1, a(h1n1) grippe, influenza, direction, employés, fournisseurs, clients, ventes, revenus, argent, parts de marché, investissement, guide, document, préparation

Pin It on Pinterest