Select Page

 

Raymond Bachand, l’actuel ministre des Finances du Québec, flirte publiquement avec l’idée de hausser la TVQ à 8,5% dès le 1er janvier 2010 et bien entendu, nombreux sont les Québécois qui ne la trouvent pas drôle.

Il faut savoir que la hausse d’un point de la TVQ s’inscrit dans le Budget 2009-2010 qu’avait présenté l’ex-ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, avant qu’elle ne quitte pour aller vivre au Mexique pour ensuite revenir travailler pour un bureau d’avocats torontois.

Si vous consultez la page A4 du Plan budgétaire, vous pourrez y lire ce qui suit.

Préparer dès maintenant le retour à l’équilibre budgétaire

Avec le dépôt du présent budget, le gouvernement annonce la mise en oeuvre d’un plan de retour à l’équilibre budgétaire qui vise l’élimination du déficit d’ici 2013-2014.

Quatre initiatives sont mises de l’avant pour éliminer graduellement le déficit :

  • l’établissement de la croissance annuelle des dépenses de programmes à 3,2 % à compter de 2010-2011, soit un rythme compatible avec la croissance économique et la capacité de payer des contribuables;
  • l’intensification des efforts pour contrer l’évasion fiscale et l’évitement;
  • l’indexation de tous les tarifs non indexés à compter du 1er janvier 2011, à l’exception des tarifs pour les services de garde. À cet égard, le gouvernement dépose une politique sur le financement des services publics et crée le Fonds pour le financement des infrastructures routières et de transport en commun;
  • la hausse du taux de la taxe de vente du Québec de 7,5 % à 8,5 %, au 1er janvier 2011.

Ainsi, c’était le 1er janvier 2011 —un an plus tard que ce que considère actuellement Raymond Bachand— que la TVQ devait augmenter d’un autre point.

En période de récession, on aurait pu croire que l’ex-ministre Jérôme-Forget aurait coupé les dépenses de programmes de quelques 5% afin d’éviter d’avoir à augmenter la TVQ mais non, elle a choisi l’alternative de la lâcheté et au lieu d’affronter les puissants syndicats de fonctionnaires, elle a accordé une hausse de ces dépenses de l’ordre de 3,2% par année ce qui, très directement, force le gouvernement à prendre de l’argent dans les poches des contribuables, de l’autre main, via la hausse de la TVQ, pour financer le “rythme de vie somptuaire” de la fonction publique.

Le manque de courage politique de Mme Jérôme-Forget se retrouve donc aussi chez Raymond Bachand qui refuse, lui aussi, de couper des privilèges destinés aux “programmes” (dont 60% des dépenses [et plus] proviennent des salaires des fonctionnaires) pour éviter d’avoir à augmenter la TVQ.

En fait, le ministre Bachand devrait tenter de BAISSER la TVQ au même niveau que le gouvernement fédéral (soit à 5%, ou moins) afin de redonner de la vigueur à l’économie québécoise. Et s’il doit couper des programmes, pourquoi ne pas s’inspirer des idées d’Amir Khadir, à savoir…

  • imposer un palier d’impôt à partir de 85 000 $ de revenus annuel et plus;
  • négocier le prix des médicaments;
  • imposer des redevances sur l’eau; et
  • régler la question des redevances des mines.

Wow! Ça, c’est un agenda qui favorise tous les citoyens!

Où sont les libéraux, les péquistes et les adéquistes pour défendre ces idées empreintes de gros bon sens? Nulle part, apparemment.

C’est drôle à dire mais il semble qu’Amir Khadir de Québec solidaire soit le seul député lucide, à l’assemblée nationale. À propos d’une éventuelle hausse de la TVQ à laquelle il s’oppose fermement, il a dit: “Ce sont les mêmes recettes toujours sur le dos des citoyens moins fortunés, de la classe moyenne, de la petite entreprise” et il a bien raison.

Il faut vraiment s’inquiéter de voir le gouvernement libéral majoritaire imposer son projet de loi 40 dans l’adversité parce qu’ils REFUSENT de dire la vérité concernant l’état réel des finances du Québec!

Sérieusement, les amis, qu’importe votre allégeance politique, il faut se poser des questions quand le premier ministre refuse-net de dire où nous en sommes, au plan économique et ce, au moment où tous les députés doivent votre un projet de loi qui permettra, dans les faits, d’exploser la taille de notre dette et ce, en toute légalité.

Que ce soit l’idée de Monique Jérôme-Forget ou de Raymond Bachand de hausser la TVQ d’un point importe peu. Ce qui compte, pour les citoyens, c’est que les Libéraux s’apprêtent à taxer davantage les Québécois en évitant soigneusement de faire un grand ménage dans la fonction publique québécoise.

En plus, au lieu de suivre les recommandations de M. Khadir (et il en a bien d’autres, tout aussi censées), Jean Charest et ses députés s’apprêtent à laisser se poursuivre le VOL LÉGALISÉ de nos ressources naturelles, au profit de puissantes transnationales étrangères.

On comprend un peu mieux pourquoi Jean Charest est souvent rendu au château de la famille Desmarais, à Sagard et en France, chez Sarkozy, la marionnette française du duo Desmarais-Frère.

Il va falloir que Jean Charest finisse par nous dire pour qui il dirige parce que là, ni lui, ni Raymond Bachand (son “émissaire” aux finances) ne dirigent pour le peuple québécois. Il n’y a que les ultra-riches et les étrangers qui VOLENT nos ressources naturelles qui vont s’enrichir avec les plans malveillants des Libéraux.

Il y aurait moyen de faire les choses autrement mais avec un gouvernement libéral majoritaire pour un autre quatre (4) ans, ça va être épouvantable pour presque tous les citoyens qui vont se faire vider les poches…

Tags: tvq, tps, taxe sur la taxe, 7.5%, 8.5%, hausse de la tvq, hausse de taxe, hausse des tarifs, budget 2009-2010, plan budgétaire, libéraux, plq, monique jérôme-forget, raymond bachand, ministère des finances du québec, québec, argent, dette, endettement, syndicats, politique, économie, dette publique, jean charest, péquistes, adéquistes

Pin It on Pinterest