Select Page

 

Vous rappelez-vous d’Earl Jones?

Le criminel Earl Jones qui a choqué la province et le pays en volant des gens qui lui avaient fait confiance en lui confiant d’importantes sommes d’argent — et bien, cet homme vient de sortir de prison, au tiers de sa peine!

Sa sortie de prison a surpris ceux qui suivent l’affaire parce qu’il avait reçu une peine de prison de 11 ans mais n’avais pas réussi à sortir au sixième de sa peine, soit après 22 mois. Là, on vient d’apprendre qu’il est sorti après 48 mois, soit le tiers de sa peine.

Des journalistes qui se sont rendus hier midi à l’Établissement à sécurité minimale de Ste-Anne-des-Plaines se sont fait dire qu’Earl Jones était déjà sorti alors impossible de savoir, pour l’instant, où il est rendu. M. Jones sera tenu de se rapporter à un agent de libération conditionnelle 1 fois par semaine et le fils d’une victime, Joey Davis, dont la mère a été escroquée de 200k$ a déclaré: “On m’a dit qu’il n’aura pas à passer par un programme de transition et qu’il est admissible à une libération conditionnelle complète” alors pour l’ex-prisonnier, c’est le retour à la vie civile.

Il y a peu de chances pour qu’il récidive à court terme mais après, c’est difficile à évaluer.

Pour ceux qui ont un peu oublié les détails de l’affaire Earl Jones, ce court récapitulatif:

Bertram Earl Jones (mieux connu sous le nom d’Earl Jones) est un homme d’affaires canadien. Il est soupçonné d’avoir créé une « Pyramide Ponzi » semblable, mais à plus petite échelle, à celle créée par le financier américain Bernard Madoff. Il aurait possiblement volé entre 30 et 50 millions de dollars canadiens à divers investisseurs, pour la plupart résidents du Québec. La majorité d’entre eux étaient des connaissances de longue date ou des membres de sa propre famille, ce qui lui a apparemment permis d’opérer pendant de nombreuses années sans être inscrit auprès de l’Autorité des marchés financiers, tel que requis par les lois applicables. Selon certaines sources, il ne resterait aucune somme d’argent dans les comptes de sa compagnie de gestion.

Il a disparu le 24 mai 2009 – selon certains médias, il se serait caché au Royaume-Uni – avant de se rendre à la Sûreté du Québec le 27 juillet 2009. La Sûreté du Québec mène actuellement une enquête à son sujet. Il sera possiblement poursuivi en vertu du Code criminel d’où le manque d’implication de l’AMF (qui fait principalement appliquer la législation pénale et non criminelle). Le 15 février 2010, Earl Jones est condamné à 11 ans de prison pour avoir floué 158 investisseurs, pour une somme évaluée à plus de 50 millions de dollars. Le 20 Mars 2014, Earl Jones reçoit sa libération conditionelle. Après seulement 4 ans de pénitencier, monsieur Jones séjourna dans la communauté pour ensuite retourner vivre avec sa femme.

Les investisseurs floués ont quand même, en partie, reçus une compensation en date du 23 décembre 2013, à hauteur de 17M$ sur les 35M$ qu’il aurait volé à quelques 158 victimes. C’est un règlement hors-cour avec la Banque Royale qui aurait permi cet important déboursé puisque la banque aurait dû, selon les victimes, empêcher Jones de prendre des sommes dans leur compte.

Earl Jones s’en est pris à des anglophones de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal et même à des proches.

Son comportement a été unilatéralement dénoncé et le fait qu’il soit sorti de prison va raviver de mauvais souvenirs pour ses victimes et ceux qui ont dû composer avec les conséquences de ses vols.

Le schème de Ponzi élaboré par Earl Jones s’est effondré en 2009 et un peu comme dans l’affaire de Bernie Madoff, son système fonctionnait sur la confiance. Comme quoi malgré toutes les règles de l’Autorité des marchés financiers (AMF), lorsqu’un fraudeur veut frauder, il peut causer d’importants dégâts.

Si vous devez investir de l’argent, gardez toujours à l’idée qu’un autre Earl Jones peut être en train de vous utiliser et non de vous servir. Les gens sont généralement honnêtes mais des histoires comme celles de Jones doivent nous rappeler de ne pas baisser notre garde.

Quand il est question d’argent, bien des gens sont prêts à tout pour vous prendre ce que vous avez — sans cas de conscience et sans remords.

Pin It on Pinterest