Select Page

 

Au départ, les agences d’évaluation du crédit devaient se contenter de fournir un portrait de votre crédit aux institutions financières qui, ensemble, acheminent toutes vos activités de crédit pour consultation ultérieure.

Aujourd’hui, votre rapport de pointage de crédit peut être acheté par votre institution financière, votre patron, le locateur d’un appartement où vous aimeriez emménager, votre conjoint(e) pressenti(e) ou même, un parfait inconnu, s’il connaît un peu “le système”.

Dans un dossier de crédit, il n’y a pas que des chiffres, il y a toutes vos informations de contact, incluant vos anciennes adresses connues, ainsi qu’un profil détaillé de votre historique de crédit. Il s’agit d’une quantité tellement imposante de données que votre patron ou votre banquier, lui, refuserait-net de vous montrer son rapport de pointage de crédit! Mais pour vous, ce n’est pareil, vous n’êtes que la victime de ce système de crédit en déroute où chaque “détail” peut vous “empêcher” d’avoir accès au crédit ou encore, vous mériter des conditions beaucoup moins avantageuses.

De quoi parle-t-on, ici?

D’une arnaque aux proportions épiques qui affecte TOUS les Canadiens ayant recours au crédit (ou y ayant eu recours, un jour).

Pourquoi est-ce que les “services” offerts par Equifax et TransUnion donnent l’impression de n’être qu’une arnaque? Est-ce que c’est parce que ces deux compagnies privées sont détenues par des étrangers? Peut-être mais il y a plus. Ces deux compagnies opèrent exclusivement pour le compte des prêteurs “participants”, ce qui signifie qu’au final, la victime, le “client fiché” ne gagne JAMAIS au jeu du pointage de crédit.

Pourquoi en est-il ainsi?

Tout simplement parce qu’à moins d’avoir été béni des Dieux aux cours des sept (7) dernières années (genre, un héritage de plusieurs millions de dollars qui permet d’avoir un crédit parfait), il y a peu de chances que vous fassiez partie de ceux qui ont droit aux taux d’intérêts alléchants qu’offrent les institutions financières parce que ces taux, vous l’aurez deviné, ne s’adressent qu’à ceux qui ne présentent à peu près aucun “risque” de défaut, au cours du terme de reboursement.

Oh, certes, vous finirez peut-être par avoir accès au crédit mais vous devrez payer PLUS CHER et vos conditions d’emprunt seront MOINS AVANTAGEUSES. Dans les deux cas, c’est le prêteur qui gagne! Comment a-t-il réussi à vous vider les poches? Grâce à la fameuse “côte de crédit” émise, sur demande, par Equifax ou TransUnion.

Elle n’est pas belle, la vie, au pays du duopole constitué d’Equifax et de TransUnion?

Les Canadiens peuvent bien commander leur rapport de pointage de crédit une fois par année par la poste (gratuit mais ne contenant pas le pointage de crédit) ou via le web (rapide mais coûteux) mais s’il y a une “erreur” en cours d’année, ils devront attendre l’année suivante pour la constater et demander une modification, ce qui pourrait leur coûter très cher.

Et qu’est-ce qu’Equifax et TransUnion risquent en entretenant des dossiers de crédit bourrés de ces “erreurs” concernant votre historique de crédit ou toute autre information? Rien. Absolument rien! Pire, les prêteurs sont très heureux de voir votre côte de crédit abaissée puisqu’alors, ils peuvent vous exiger des taux d’intérêts plus élevés et vous contraindre à des conditions bien plus strictes.

Le jeu du pointage de crédit n’est qu’une sombre mascarade pour extirper des MILLIARDS de dollars de vos poches, à chaque année et ce, sans que vous ne vous en doutiez. C’est pourquoi le pointage de crédit n’est qu’un score ponctuel déterminé dans votre dos, derrière des portes closes.

Vous voulez vraiment rager?

Vous allez rager avec ça: à chaque fois que l’agence d’évaluation du crédit vend votre dossier, elle s’enrichit! Vous n’obtenez RIEN de VOS INFORMATIONS PERSONNELLES mais l’agence, elle, se remplit les poches. Et vous n’obtiendrez jamais une cenne noire de ces agences car elles disent opérer en toute légalité.

Les lobbys de Bay Street ont endormi nos élus, à Ottawa.

Heureusement, vous êtes encore assez lucide pour voir au travers du proverbial “dîner de cons” où vous êtes invités par vos hôtes, les institutions prêteuses et leurs complices, les agences d’évaluation du crédit, à chaque fois que vous voulez avoir accès au crédit. Et oui, c’est VOUS le dindon de la farce.

La situation actuelle n’a rien de drôle car sans le savoir, quelqu’un achète probablement, à l’instant, votre rapport de pointage de crédit (souvent via les services d’un avocat) pour ensuite obtenir une de vous une quelconque concession.

Par exemple, à cause d’une information —réelle ou non— dont vous ignorez l’existence et qui vous nuit, dans votre rapport de pointage de crédit, vous pourriez devoir payer un taux d’intérêt plus élevé sur votre hypothèque. Votre employeur pourrait vous refuser une promotion. Votre locateur pourrait vous exiger des mois de loyer à l’avance. Enfin bref, Equifax et TransUnion ont tellement d’impact dans votre vie qu’il sont impossibles à ignorer, pour quiconque compte avoir besoin de crédit.

Y a-t-il une quelconque légitimité au système de pointage de crédit?

Non, il n’y en a aucune sauf pour les prêteurs et les agences d’évaluation du crédit qui, comme les larrons en foire, vous prennent un maximum d’argent et éloignent sans cesse de votre personne les sphères décisionnelles (où vos informations censées demeurer confidentielles sont vendues et revendues, à quiconque veut les acheter). Pire, les agences vos condamnent à n’avoir un droit de regard sur vos informations qu’une seule fois par année et ne risquent rien s’ils mentent, à votre sujet.

Equifax et TransUnion font partie des pire cauchemars des consommateurs.

Par leur action unilatéralement avantageuses pour les prêteurs, leur obsession du secret, leur détermination à vous empêcher d’avoir un accès plein et entier, sur une base permanente, à votre dossier de crédit mais aussi pour leur attitude généralement cavalière et insultante contre les gens qui figurent dans ses dossiers qui “osent” poser des questions, les Canadiens doivent porter davantage attention à ce que font ces agences privées avec leurs informations personnelles.

En y regardant de plus près, les agences d’évalutation du crédit font partie d’une “matrice de contrôle” particulièrement efficace des citoyens qui veulent améliorer leur sort, via le crédit. Au moins faux pas, ces citoyens sont recalés et pénalisés. Comme personne n’est à l’abri d’un mauvais coup du destin, les banquiers savent qu’ils sortiront gagnants grâce à ce système d’extorsion “légalisé” par des lois mal pensées pour défendre les consommateurs.

Il n’y a rien de bon à conserver des agences d’évaluation du crédit, au Canada.

Ces agences continueront de nuire aux Canadiens, tant et aussi longtemps qu’il leur sera permis de tout savoir sur nous et de le vendre à qui ils le souhaitent, aussi souvent qu’il leur plaira, sans que nous ayons quoique ce soit à dire, même s’il s’agit de nos informations les plus personnelles, au plan financier.

Pin It on Pinterest