Select Page

 

D’où venons-nous? Pourquoi sommes-nous là? À quoi sommes-nous destinés?

Autant d’excellentes questions pour lesquelles il existe un panoplie de réponses qui satisfont les uns mais ne satisfont pas les autres — à l’évidence, nous ne sommes pas prêts d’avoir épuisé ces questions dont les réponses sont lourdes de sens (et de conséquences) pour la race humaine.

Vous avez sûrement entendu parler des échanges parfois musclés entre les évolutionnistes (partisans de Darwin) et les créationnistes qui voient dans le monde qui nous entourre une œuvre divine.

J’ai trouvée particulièrement intéressante l’introduction à la réponse écrite par Julien Perreault à l’intention de Guillaume Lecointre du Muséum national d’histoire naturelle, Paris dans le cadre de la publication du livre “La théorie de l’évolution en déclin”.

Vous verrez, c’est intéressant…

La théorie de l’évolution est en déclin. La montée de la théorie créationniste s’accentue avec l’avancement de la science, notamment par la mise à jour des systèmes biologiques complexes et par l’étude de l’information qu’ils contiennent.

La vielle philosophie darwinienne qui visait à détruire l’idée d’un créateur n’a jamais rien produit: tant les fossiles que la biologie ne cessent d’aller dans le sens inverse depuis un siècle. Est-ce étonnant que les arguments servis par les évolutionnistes soient encore les vieux trucs du temps de Darwin?

Les évolutionnistes n’ont pas évolué au même rythme que la science. La découverte du code génétique qui se trouve dans les cellules humaines aussi bien que dans la bactérie la moins complexe qui soit démontre bien l’ampleur du changement de direction que la science demande: l’idée qu’il y ait des formes de vie simples qui auraient donné naissance à d’autres formes de vie plus complexes est exclue; aucune forme de vie simple n’existe à la surface du globe.

L’idée de gradualisme dans le registre fossile est encore moins bien étayée qu’au temps de Darwin; certains évolutionnistes adhèrent maintenant à une nouvelle théorie qui stipule très gratuitement que l’évolution se fait si vite entre deux espèces qu’aucun fossile transitionnel n’est laissé!

Alors que les évolutionnistes inventent des hypothèses non vérifiables, les créationnistes constatent que le registre fossile témoigne directement d’une création (apparition soudaine et simultanée des groupes d’animaux) dont la prédiction centrale est bien la discontinuité du registre fossile pourtant admise dans la communauté paléontologique

Vous pouvez lire la suite de cette réponse pour plonger de manière encore plus directe dans le vif du débat qui se continue entre les évolutionnistes, d’une part et les créationnistes, de l’autre.

Et vous, quelle est votre opinion par rapport à ce débat et aux enjeux qu’il soulève?

Tags: évolutionnisme, créationnisme, darwin, espèces, évolution, œuvre divine, dieu, nature, mère nature, idéologies, croyances, sciences, découvertes, faits, québec, canada

Pin It on Pinterest