Select Page

 

Même s’il est normal que le degré d’engagement évolue au cours de l’adolescence, un déclin trop marqué ou une variation trop grande entre les différentes dimensions de l’engagement est un signe à prendre très au sérieux, et ce, dès la première année du secondaire.

Aussi bien les élèves (eux-mêmes) que leurs parents et bien sûr, les enseignants, doivent apprendre à dépister le plus tôt possible les variations de l’engagement dans toutes ses dimensions afin de définir une approche centrée sur les besoins de chaque élève.

Pour vous aider à vous y retrouver, voici un survol des manifestations de l’engagement scolaire en fonction de ses trois dimensions.

Dimension comportementale

  • conduites disciplinaires (répondre aux consignes de la classe, être assidu et se conduire de manière acceptable);
  • participation dans les activités sociales et parascolaires.

Dimension affective

  • attrait et valorisation de l’école;
  • perception de l’utilité des matières (français et mathématique);
  • sentiment d’appartenance (fierté de fréquenter l’école, importance accordée à ce milieu de vie et adhésion aux valeurs véhiculées).

Dimension cognitive

  • investissement cognitif dans les apprentissages (qualité de l’effort, volonté d’apprendre, motivation intrinsèque);
  • autorégulation des apprentissages (stratégies utilisées pour apprendre).

Un parent qui connaît bien son enfant n’a évidemment pas besoin de tous ces pointeurs pour comprendre ce qui se passe et prendre les mesures pour rétablir les choses. Une bonne communication parents-enfants qui va dans le sens du meilleur intérêt de l’enfant prévient “naturellement” à peu près tous les risques de décrochage scolaire.

Ceci dit, un petit rappel des principales dimensions à surveiller peut s’avérer utile, même pour les parents qui communiquent bien avec leurs enfants.

En prévenant le décrochage scolaire, les parents assurent un développement plus conséquent à leurs enfants et en ce sens, il importe de continuer à valoriser l’unité familiale et les communications internes (très importantes) qui y ont lieu.

Ensemble, nous pouvons travailler à prévenir le décrochage scolaire mais ne soyons pas naïfs, les problèmes ne viennent pas tous des enfants! S’il existe des problèmes autour de l’enfant, il faut mettre toute l’énergie nécessaire pour les régler car sinon, on diminue les chances de réussite de nos jeunes.

Tags: engagement scolaire, décrochage, contrer le décrochage, secondaire, niveau secondaire, communications, élèves, enfants, parents, professeurs, enseignants, écoles, écoles secondaires, problèmes, besoins des élèves, besoins particuliers, apprentissages, efforts, volonté, motivation

Pin It on Pinterest