Select Page

 

Presque tous les émetteurs de cartes de crédit canadiennes ont décidé de forcer tous les détenteurs à accepter leur nouvelle cartes dotées d’une puce censée augmenter la sécurité au moment des transactions.

deco_puce_d_une_carte_de_credit_bmo

Mais la grande question demeure, est-ce que ces cartes sont vraiment plus sécuritaires que les cartes de crédit “sans puces”?

En tout premier lieu, il faut mettre les choses au clair, à savoir qu’un voleur qui veut votre bien réussira probablement à l’avoir, que votre carte de crédit ait une puce ou non. D’ailleurs, personne ne sait exactement le rôle que joue ces puces ni si elles se comportent différemment, selon le type de carte où l’institution émettrice de la carte. Nous en apprendrons sûrement plus au fil du temps, lorsque les “hackers” auront décortiqué les puces pour mieux les comprendre.

Pour l’heure, il suffit de préciser que cette puce s’avère plus difficile à reproduire que le reste des fonctionnalités d’un carte de crédit réunies, soit l’apparence physique de la carte, le marquage d’un hologramme, la bande magnétique et l’impression du numéro de sécurité à trois chiffres, à l’endos.

La puce arrive sur les nouvelles cartes de crédit au même moment que l’obligation d’entrer un NIP lors des achats en personne (ce qui n’est pas nécessaire, via le web ou le téléphone). C’est donc la combinaison de ces mesures de sécurité qui constitue le rehaussement, à cet égard. La relation entre la puce et le NIP ne sont cependant pas bien connues. Personne ne semble être capable de confirmer si le NIP se trouve bel et bien sur la puce ou si c’est en communiquant avec le serveur de l’émetteur de la carte que la clé correspondant à la carte est correct.

Ça veut donc dire que d’un point de vue empirique, les cartes de crédit à puce seraient plus sécuritaires parce qu’elles impliquent un plus grand nombre de renseignements à obtenir avant de l’utiliser de manière frauduleuse —mais— comme pour les carte de débit, certains criminels choisissent d’obtenir le NIP de manière “plus musclée”, ce qui ne fait que mettre la vie du détenteur encore plus en danger car avec une carte “sans puce”, le criminel aurait quitté les lieux bien plus vite (avec la carte utilisable, sur le champ).

On peut croire que les émetteurs de cartes ont voulu s’en prendre à ceux qui reproduisaient des cartes de crédit usuelles et c’est une bonne chose mais ça force les utilisateurs à s’embarrasser d’une série de NIPs correspondant à chacune des cartes de crédit.

Puisque le Canadien moyen possède plusieurs cartes de crédit (contrairement à une seule carte de débit), il y a de bonne chances qu’il se créé de la confusion entre tous ces NIPs, ce qui pourrait causer des ralentissements “aux caisses”, dans plusieurs magasins.

Puisque les Canadiens ne sont responsables que des premiers 50$ dépensés frauduleusement, avec leur carte de crédit, on peut penser que l’avènement du duo “puce-NIP” sert d’abord les émetteurs et ensuite les utilisateurs. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui devront s’acquitter de retenir et d’entrer un NIP à chacune de leurs transactions alors dans les faits, les cartes de crédit perdent de leur attrait pour les clients qui aiment les choses aussi simples que possible.

Certains trouvent cependant que c’est intéressant de ne plus avoir à signer le reçu (du marchand) puisque la nouvelle signature, c’est le NIP.

Le temps nous dira si ce rehaussement allégué de la sécurité des cartes de crédit, via une puce et son NIP, nous permettra de magasiner de manière plus sécuritaire mais que vous soyez pour ou contre, les banques vous forcent à accepter ce nouveau système. L’ancien système, quant à lui, n’existera plus et ce, dès que toutes les anciennes cartes auront atteint leur date d’expiration.

Les temps changent et c’est dans quelques années que nous saurons si c’était pour le mieux.

Tags: cartes à puces, cartes de crédit, cartes de crédit à puces, carte à puce, nip, numéro d’identification personnel, achats en magasin, régler une facture, entrer le nip, signer le reçu, achats, dettes, crédit à la consommation

Pin It on Pinterest