Select Page

 

Nos enfants sont bousculés de part et d’autre pour satisfaire aux exigence de fréquentation de l’école, des activités parascolaires et des activités sociales.

Au milieu de cet agenda chargé où même les parents en perdent leur latin, ils doivent se trouver un espace à eux où ils pourront nourrir leurs passions.

L’imaginaire d’un enfant n’a pas de fin, si l’on prend soin de le valoriser, de l’encourager et dans une certaine mesure, de le baliser. Pour notre enfant, on veut moins de mauvais stress et d’anxiété pour favoriser la santé, la joie, le succès et le bonheur.

Pourquoi miser sur l’imaginaire?

Parce que le pouvoir de la visualisation n’est pas limité par les paramètres qui imposent des limites à notre corps. Par exemple, on peut voir un obstacle impossible à déplacer physiquement, grâce à ses muscles mais dans notre imagination, on peut attaquer cet obstacle de diverses façons et éventuellement trouver une façon pour le contourner et ainsi gagner. Il s’agit d’un sentiment libérateur que d’au moins pouvoir aller au-delà du corps et de ses limites pour imaginer des solutions —applicables ou non— qui nous rappellent que par-delà les problèmes existent des solutions, si l’on veut bien se donner du temps pour y penser.

Et justement, voilà un des problèmes de notre société folle abonnée aux bouchons de circulation et aux longues heures de travail, à savoir LE TEMPS… on en manque! Les enfants aussi finissent par en manquer lorsqu’on y prend garde.

l-imagination-des-enfants

En tant que parents, il est de notre devoir de favoriser l’imaginaire des enfants en leur ménageant autant de temps que possible pour qu’ils puissent vagabonder, dans leur esprit. Ce faisant, les enfants explorent leurs expériences vécues, leurs aspirations et leurs préférences. Une imagination débordante favorise la pleine réalisation d’un enfant qui apprendra plus vite ce qu’il aime et aussi, ce qu’il n’aime pas. Quand on imagine, même si ce n’est pas physiquement concret, on fait des choix et pour y arriver, on procède à des réflexions. C’est cette expression de l’intellect humain qui prépare l’esprit à d’autres acquisitions de connaissances (via l’école ou autrement). Tous les enfants ayant de l’imagination. Rares sont les enfants qui refusent d’explorer ce monde regorgeant de secrets et de plaisirs pour l’esprit.

On dit que le cerveau est un muscle qu’il faut entretenir pour qu’il conserve sa bonne forme. L’imagination est une bonne façon de garder le cerveau d’un enfant (et d’un adulte) capable de comprendre le monde à l’extérieur des limites physiques que nous apprenons, au fil de nos premières années de vie (et après, aussi).

Alors, quand voit-on l’imagination de nos enfants en action? Souvent, on ne voit rien mais on sent que “ça travaille dans leur coco” et c’est bon de les laisser compléter leurs scénarios, dans leur tête. Ça fait ensuite de belles conversations lorsqu’ils acceptent de nous livrer le fruit de leurs réflexions, en sautillant de joie de pouvoir nous partager des choses jusque là circonscrites à leur imagination. Le simple fait d’échanger nourrit d’ailleurs les prochains moments de voyage dans leur imaginaire et c’est là, en tant que parents, qu’on peut influencer la structure de leur pensée.

Par exemple, si votre garçon de 4 ans vous parle des policiers qui ont utilisé un hélicoptère pour attraper des voleurs de banque qui prenaient la fuite à bord d’une puissante automobile, demandez à celui-ci quel véhicule les policiers auraient pris si les voleurs avaient pris la fuite à bord d’un bateau très rapide. Est-ce que l’hélicoptère aurait pu rattraper ce bateau? Est-ce qu’il aurait été préférable de prendre un bateau de police et d’avertir la garde côtière, avec sa flotte de navires d’interception?

Comme vous voyez, en présence de beaux moments d’échange enfant-parent, il faut éviter de nier la magie d’une histoire imaginée et plutôt en profiter pour valoriser l’histoire et la bonifier. En tant que parent, vous verrez que votre enfant appréciera cette approche et échangera plus souvent, avec vous. C’est une approche gagnante où l’enfant apprend à se servir de ses super-pouvoirs —son imagination— pour pondérer la pleine mesure de ses moyens d’action, devant une situation (ou juste pour le plaisir d’imaginer).

Un enfant qui a le temps d’imaginer et qui le fait, sur une base continuelle, aura davantage de plaisir à fréquenter l’école parce qu’il appréciera davantage l’acquisition de connaissances et aura du temps pour “digérer la matière transmise”, par la suite.

L’imagination permet à l’enfant de prendre un peu de distance des problèmes de la vie courante et ne nécessite ni jouets dispendieux, ni activités parascolaires prenantes. Ça prend juste un peu de temps, pour l’enfant et le tour est joué. Un enfant se laisse aller dans son imaginaire plus facilement qu’un adulte mais heureusement, un grand nombre d’adultes ont gardé leur cœur d’enfant et ont compris que via l’imaginaire, la visualisation d’une vie merveilleuse (et des moyens pour y parvenir) peut avoir lieu… en plus de tous les autres moment d’évasion, entre ses deux oreilles!

Laissez votre enfant aux commandes de son imagination et accompagnez-le lorsqu’opportun.

Rappelez à votre enfant les astuces pour solutionner des problèmes comme la visualisation. Par exemple, si un enfant cause des problèmes à l’école, demandez à votre enfant de visualiser (et de vous communiquer) toutes sortes de solutions possibles. En parler directement à l’enfant qui cause les problèmes, le rapporter à un éducateur, en faire part à la directrice et toutes les autres solutions imaginées. Ça ouvre de nouvelles perspectives à un moment où l’on croyait qu’il n’y avait plus d’issue et juste ça, c’est assez pour amener de l’oxygène dans une situation où l’on sentait qu’il n’y avait plus.

Exit le stress et l’anxiété, bienvenue à la joie et au succès, via les solutions amenées par notre imagination.

Lorsqu’uitle, balisez l’imaginaire dans ce qu’il y a de plus beau, de plus noble et de plus sain, psychologiquement. Apprenez à l’enfant que l’imagination est un outil important dans le proverbial coffre qui les accompagnera, toute leur vie durant.

S’il est une chose que cet article doit représenter, pour vous, c’est une sorte de tremplin vers de nouvelles réflexions à pondérer, aussi longtemps que vous le souhaitez, dans votre imaginaire. C’est un cadeau de vous, à vous pour votre bien et aussi, pour le bien de ceux qui vous côtoient.

On doit tendre vers l’équilibre et le fait de donner libre cours à votre imagination vous assure un sauf-conduit vers votre “moi intérieur” où se trouvent des réponses qu’on ne soupçonne pas… jusqu’à ce qu’elles deviennent évidentes.

Au Québec, célébrons le pouvoir de l’imagination, dans toutes les sphères de nos vies et en société. Refusez les discours obtus de ceux qui piétinent les bienfaits de l’imagination… ils sont trop jaloux de vous pour apprécier votre facilité à faire un usage étendu de votre intellect, de votre intuition et du meilleur jugement de votre esprit mais aussi, de votre cœur.

Dans les décennies à venir, une société qui valorise l’imagination pourra plus aisément contribuer à réinventer le monde qui nous entoure et ce qui le constitue alors fermez vos yeux et pensez à tout ce qu’il nous reste à inventer pour s’améliorer, nous… et le monde.

Si vous manquez d’idées, demandez aux enfants, ils ont une imagination sans limites!

Pin It on Pinterest