Select Page

 

On entend continuellement parler de la possibilité de voir nos autorités provinciales de marchés financiers disparaître au profit d’un seul organisme fédéral qui appliquerait les mêmes règles, d’un bout à l’autre du pays.

L’actuel ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, fait la promotion active de cette approche où le fédéral s’immisce —pour les bonnes raisons, selon lui— dans un champ de compétence provincial.

Selon M. Flaherty, les Canadiens seraient mieux servis par un seul organisme national qu’une nébuleuse plus ou moins homogène d’entités provinciales.

C’est un argument qui a du mérite mais lorsqu’on regarde le monde financier de plus près, on se rend vite compte que la centralisation des différents mécanismes de contrôle ne sert généralement pas les gens mais plutôt, les argentiers et leurs collaborateurs.

Ainsi, avec une seule “autorité” de règlementation canadienne, au lieu de celles qui existent, en ce moment, dans les provinces et territoires, une transnationale étrangère pourrait bien plus facilement s’accaparer des parts de marché, dans toutes les provinces, en même temps, selon des règles qui pourraient favoriser une province tout en défavorisant un ou plusieurs autres.

Pour mieux comprendre la situation actuelle, voici la liste des membres des Autorités canadiennes en valeurs mobilières:

  1. Alberta Securities Commission
    • (403) 297-6454
    • 1-877-355-4488
  2. Autorité des marchés financiers (Québec)
    • (418) 525-0337
    • (514) 395-0337
    • 1-877-525-0337
  3. British Columbia Securities Commission
    • (604) 899-6854
    • 1-800-373-6393 (C.-B. et Alb. seulement)
  4. Commission des valeurs mobilières de l’Ontario
    • (416) 593-8314
    • 1-877-785-1555
  5. Commission des valeurs mobilières du Manitoba
    • (204) 945-2548
    • 1-800-655-5244 (Manitoba seulement)
  6. Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick
    • (506) 658-3060
    • 1-866-933-2222 (N.-B. seulement)
  7. Financial Services Regulation Division, Terre-Neuve-et-Labrador
    • (709) 729-4189
  8. Nova Scotia Securities Commission
    • (902) 424-7768
  9. Office of the Attorney General, Île-du-Prince-Édouard
    • (902) 368-4550
  10. Registraire des valeurs mobilières, Nunavut
    • (867) 975-6587
  11. Registraire des valeurs mobilières, Territoires du Nord-Ouest
    • (867) 920-3318
  12. Registraire des valeurs mobilières, Yukon
    • (867) 667-5225
  13. Saskatchewan Financial Services Commission
    • (306) 787-5645

L’obsession de Jim Flaherty à vouloir tout centraliser pourrait laisser à penser qu’il suit, à la lettre, les instructions du Groupe Bilderberg qui veut implanter un système financier mondial, piloté notamment par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international sous l’égide des Nations Unies.

Dans ce scénario, des plus plausibles, notre ministre des Finances fédéral tente de faire progresser sa vision des choses pour éloigner les mécanismes de contrôle financier de la base citoyenne pour la rapprocher du pouvoir fédéral qui sert en priorité les intérêts des transnationales étrangères.

En clair, Jim Flaherty est probablement “le meilleur gars de la Terre” mais son idée ne passe pas parce que les gens voient dans son jeu et comprennent que les transnationales ÉTRANGÈRES de la finance qui nous ont ruiné avec l’argent-dette vont nous refaire le coup grâce à une seul organisme de réglementation qui sera bien plus facile à manipuler.

Il est facile d’imaginer que l’autorité fédérale de réglementation des marchés, telle qu’envisagée par Flaherty, pourra invariablement donner raison aux transnationales étrangères en prétextant divers “traités internationaux” dans lesquels nos politiciens corrompus nous ont amené.

Dans notre monde “moderne”, il nous plus de pouvoir-citoyen, pas l’inverse.

Et justement, c’est vers un monde avec MOINS de pouvoir-citoyen où les Conservateurs de Stephen Harper nous amène. Le choix d’une seule “autorité canadienne” de ministre conservateur des finances suit rigoureusement cette logique.

Il y a sûrement du bon à vouloir plus de rigueur en matière de règlementation des marchés mais puisqu’il s’agit d’une compétence provinciale, ce serait risqué de mettre tous nos œufs dans le même panier avec un seul organisme fédéral, contrôlé par les mêmes “représentants du peuple” qui nous ont menti avec leur “guerre contre le terrorisme” et qui nous ont joyeusement endetté d’un autre milliard pour accueillir une poignée de participants à un sommet de 3 jours.

Enfin bref, l’idée d’une seule autorité canadienne en valeurs mobilières a beau être sur la table, nous ne sommes pas obligés de sauter à pieds joints dans ce piège qui a été grossièrement déguisé pour sembler attrayant.

Tags: autorité, marchés financiers, valeurs mobilières, argent, investissements, investisseurs, citoyens, canada, canadiens, fédéral, provincial, bilderberg, jim flaherty, stephen harper

Pin It on Pinterest