Select Page

 

La majorité des Québécois tournent les talons lorsqu’il est question de parler de fiscalité, au Québec.

Pourtant, la fiscalité et ses applications nous affecte tous.

Par exemple, il se trouve un nombre croissant de Québécois qui voudrait taxer davantage les riches et alors que l’idée pourrait être explorée, il y a deux problèmes avec cette avenue:

  1. Les riches ne sont pas très nombreux, au Québec; et
  2. Les riches paient déjà une part importante de l’impôt, au Québec.

Pour y voir plus clair, regardons de plus près qui paie les 23,4MM$ d’impôts perçus auprès des 6,4 millions de contribuables:

  • Ceux qui gagnent 50k$ / an constituent 19,8% des contribuables et ils paient 41% de tous les impôts;
  • Ceux qui gagnent 100k$ / an et plus constituent seulement 4,8% et pourtant, ils paient 36% de tous les impôts; et
  • Au total, on constate que 24,6% de tous les contribuables paient 77% de tous les impôts, au provincial.

On parle de 1,574,400 contribuables qui paient plus de 18MM$ de tous les impôts des contribuables. Est-ce que c’est vraiment auprès des riches qu’il faut exiger un effort supplémentaire ou auprès des quelques 50% de contribuables qui ne paient pas un sou d’impôt, année après année?

la-classe-moyenne

Ces chiffres suivent la courbe des salaires et comme le Québec est une province plus pauvre que les autres, au Canada, c’est cohérent. En fait, la solution la plus intéressante serait d’augmenter les salaires des Québécois pour qu’un plus grand nombre d’entre-eux puissent s’élever assez haut pour se qualifier pour payer de l’impôt… au lieu de ne pas en payer, du tout.

Taxer les riches peut encore avoir lieu pour les ultra-riches mais ceux-ci font déjà un usage très créatif des paradis fiscaux afin de cacher des sommes très importantes alors, même en montant leurs impôts, on ne récupèrerait à peu près rien de plus et pire, on les pousserait à cacher encore mieux leur fortune dans les Bahamas ou les Îles Vierges Britanniques (ce sont des paradis fiscaux où le taux marginal d’impôt est marginal ou nul).

Mais dans la phrase “taxer les riches”, il faut comprendre qu’au Québec, on a le niveau de richesse assez bas puisque quiconque gagne 50k$ et plus est considéré être un riche qu’il faudrait taxer davantage. Il arrive même que ceux qui gagnent 40k$ / an soient considérés riches!

C’est un salaire raisonnable mais quand même bas pour être considéré riche.

À 50k$ / an, ce n’est pas la pauvreté mais concrètement, ce n’est pas non-plus l’opulence!

Le Québec opère une répartition assez équitable de la richesse, des riches vers les pauvres alors il faudrait penser à d’autres façons de s’enrichir collectivement.

Même si l’idée de taxer les riches emballe le plus pauvres de notre société, il faudrait être prudent de ne pas tuer la proverbiale poule aux œufs d’or qui paie pour l’essentiel des impôts collectés.

Il y a moyen de faire mieux mais est-ce vraiment en taxer davantage les “riches”?

Pin It on Pinterest